Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 Jul

La Russie a entamé une nouvelle étape de la guerre de gaz

Publié par François Furieux  - Catégories :  #Guerre russo-ukrainienne, #Guerre, #génocide, #Ukraine, #Russie, #Politique

La Russie a entamé une nouvelle étape de la guerre de gaz

Les derniers évéements dans le domaine de l'approvisionnement en gaz russe en Europe donnent toutes les conditions pour affirmer que le Kremlin prépare une catastrophe énergétique imminente pour l'UE, dont le début coïncidera avec l'arrivée du froid et sera utilisé par Poutine comme un instrument de chantage politique pour affaiblir l'économie européenne et créer des problèmes socio-politiques à Bruxelles. La Russie prépare soigneusement le « cheval de Troie » gazier pour l'UE, capable de diviser et de fragmenter le monolithe géopolitique européen à l'avenir. Trouver des moyens de sortir de la crise énergétique actuelle est une question de la survie pour l'Europe.

Une série d'échecs militaires sur le front, qui ont donné à la guerre russo-ukrainienne un caractère long et poussif, ont contraint la Russie à inventer de nouveaux leviers de pression sur l'UE afin de stopper son soutien à l'Ukraine.

Après 5 mois de la guerre contre l'Ukraine Poutine semble avoir saisi le véritable état des choses: l'armée russe lourde et imposante, équipée des armes soviétiques archaïques, s'enlise dans des combats intenses à l'est de l'Ukraine causant des pertes sans précédent et épuisant rapidement l'économie russe. Les livraisons  des armes occidentales pour les forces armées ukrainiennes ont prouvé son avantage complet sur ses homologues soviétiques. C'est pourquoi Poutine commence à utiliser le chantage énergétique dans le but d'infliger des dommages complexes à l'Europe. Ainsi, Gazprom russe a annoncé qu'à partir du 27 juillet il arrêtera l'exploitation d'une autre turbine du gazoduc Nord Stream 1, en réduisant le volume de gaz pompé vers l'UE à 20 % de la capacité prévue. Selon la direction de la société Gazprom, cette action est dictée par le besoin de la révision de la station de compression. Il convient de noter qu'en raison de la réduction annoncée de la livraison de gaz l'Allemagne, qui est la première économie de l'UE, souffrira le plus. Poutine tente de détruire l'économie de l'UE qui est le garant de l'existence stable de cette association supranationale. Un certain nombre d'éditeurs internationaux d'informations, en particulier El Pais, Reuters, ont déjà publié des articles prédisant une éventuelle scission et un chaos politique ultérieur en Europe.

La logique du Kremlin en termes d'aggravation de la crise énergétique en UE est assez simple et cohérente: des « réparations » imprévues seront annoncées, des accidents sur les gazoducs (qui seront, bien sûr, imputés à l'Ukraine) et d'autres situations d'urgence, à cause de quoi le volume de gaz russe transporté vers l'Europe peut être réduit à zéro. Le plan de déstabilisation énergétique de l'UE est personnellement supervisé par Poutine, qui le 20 juillet, lors d'une visite en Iran, a déclaré que seul le lancement de Nord Stream 2, qui a été arrêté avant le début de la guerre russo-ukrainienne, pourrait garantir la livraison ininterrompue du gaz russe vers l'Europe. Ces mots sont un indice transparent pour l'UE qu'il n'est possible d'obtenir du gaz russe qu'en échange de la liquidation des sanctions et de la fin du soutien à l'Ukraine.

Mais le gaz russe ne représente que 40 % de la consommation totale de gaz naturel de l'UE. Et c'est un avantage fort pour l'Europe. La tâche principale pour Bruxelles est de trouver des sources alternatives et de remplir les stockages de gaz avant les grands froids. Sinon, le chantage au gaz russe se transformera en diktat direct de la Russie sur le fond de crise systémique en UE et d'un flux sans précédent de réfugiés en provenance du Moyen-Orient et de l'Afrique. A priori, la Russie ne peut être considérée comme un partenaire fiable remplissant ses obligations. Seul son isolement complet et le rejet progressif des matières premières russes peuvent sauver la situation.

Aujourd'hui l'Europe est confrontée aux défis les plus dangereux depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La Russie lance une nouvelle phase des menaces hybrides qui frappent directement l'Europe, mais elles peuvent encore être contrées efficacement.

Commenter cet article